Au 1er décembre, la période de l’entraide commence !

À la veille de la période des Fêtes, l’on assiste de plus en plus au Canada au raz-de-marée commercial américain des emplettes affolées du «vendredi fou» (Black Friday) ainsi que du «Cyberlundi». Un mouvement mondial a pris forme pour équilibrer ce phénomène marketing puissant, en réservant une journée à l’acte de donner. Une belle idée toute simple, mais oh, combien puissante à sa façon elle aussi !

Fondée originellement en 2012 par un centre culturel et communautaire très progressiste à New York, l’initiative mondiale intitulée Mardi je donne* a depuis pris beaucoup d’ampleur, notamment au Canada où, grâce aux efforts réunis d’une brochette impressionnante de partenaires fondateurs, la journée est soulignée depuis 2013. Son but : créer un nouveau «jour de la générosité» où «organismes de bienfaisance, entreprises et individus se rallieraient à une cause de leur choix, en pensant aux autres» :

«La période du magasinage des Fêtes est depuis toujours bénéfique pour notre économie. Grâce à Mardi je donne, c’est maintenant notre sens de l’entraide qui est stimulé

Et c’est justement cet esprit bien positif qui est intéressant et novateur chez Mardi je donne. Le mouvement encourage et facilite les gens à donner, mais sans réduire ou négliger pour autant les impacts économiques que d’autres habitudes comportementales peuvent avoir sur notre économie. Bref, les deux «phénomènes» peuvent coexister paisiblement.

Les dons peuvent se faire sans crainte en ligne, par l’entremise de la plateforme de financement communautaire canadienne Canada Helps. Vous choisissez la cause qui vous est chère et hop ! vous faites du bien et à vous, et à d’autres ! Le mouvement tente ainsi de créer chez nous une «nouvelle» tradition du temps des Fêtes, soit celle de faire un geste de partage très conscient et volontaire pour aider quelqu’un autour de soi, dans sa collectivité ou ailleurs dans le monde.

La journée «officielle» de Mardi je donne est le mardi 1er décembre, lançant ainsi la période de l’entraide. Joignez-vous à ce beau « happening » planétaire dès maintenant en visitant le site officiel pour entre autres, vous joindre à un mouvement local Mardi je donne [nom de votre ville] ou, simplement en ajoutant le mot-clic #mardijedonne à votre twittosphère. De plus, donner c’est bon pour la santé. C’est aussi simple que cela. Au fait, on en retire 5 grands bienfaits :

  • Donner nous rend heureux en activant dans notre cerveau les régions associées au plaisir, la confiance et les bons liens avec les autres.
  • Donner contribue à fortifier notre santé et notre longévité en réduisant notre niveau de mauvais stress et notre pression artérielle.
  • Donner promeut la coopération et le «vivre ensemble». Lorsque nous partageons avec les autres, notre sens de coopération et notre confiance sont sollicités et cela contribue en retour à solidifier nos liens avec les autres - ce qui, vous l’aurez deviné, est très bon pour notre santé physique ET mentale.
  • Donner évoque la gratitude et la réciprocité, ce qui est essentiel à notre bonheur, notre santé et nos liens sociaux et cela nous pousse à être à la fois plus optimistes et plus actifs physiquement.
  • Donner c’est contagieux et a un effet d’entraînement chez tous les gens qui en sont touchés, notamment en relâchant de belles doses d’ocytocine, une hormone associée à l’euphorie et le sentiment du «bonheur douillet».

Alors le 1er décembre, à vos claviers! Donnez comme vous le pouvez, affichez votre don, échangez avec d’autres et surtout, semez le bonheur partout et par la même occasion, faites du bien à votre santé…

--

*Pourquoi avoir choisi le mardi comme journée cible?

Le mouvement Giving Tuesday, qui a pris forme aux États-Unis, se voulait une idée en réponse au phénomène gargantuesque des deux journées de magasinage intensif qui flanquent le Thanksgiving américain (lequel est pour plusieurs américains, plus gros que Noël en proportion et en intensité) — la 2e de ces deux journées étant le lundi qui suit immédiatement le congé de l’Action de grâce du dimanche, soit le Cyberlundi. Ainsi, on tente de profiter de l’élan d’achat massif des gens pour leur donner une occasion « d’équilibrer » et de penser aux autres autrement qu’en achetant des biens de consommation.