Le Tribunal canadien des droits de la personne conclut que le gouvernement fédéral est coupable de discrimination envers les enfants qui vivent dans les réserves autochtones

Une nouvelle de dernière heure est parue ce matin (anglais) concernant la plainte déposée par Mme Cindy Blackstock et l’Assemblée des Premières Nations auprès du Tribunal canadien des droits de la personne. Mme Blackstock agit à titre de directrice générale de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada et sera l’une des conférencières principales lors de la conférence du centre de ressources Meilleur départ en février. Voici quelques informations sur la décision :

  • La plainte « alléguait que les services sociaux offerts par le gouvernement fédéral aux enfants des réserves autochtones étaient inférieurs à ce qui était offert aux autres enfants par les gouvernements provinciaux  Le sous-financement du soutien à la famille entraîne une augmentation du nombre d'enfants qui doivent être placés en famille d'accueil ou en adoption. La décision du Tribunal des droits de la personne statue que le modèle de services sociaux offerts par le gouvernement canadien aux enfants et aux familles des Premières nations se traduit par une absence de services qui crée une variété de conséquences négatives pour les enfants et les familles des Premières Nations qui vivent sur des réserves. »  (Radio Canada).
  • La décision souligne aussi que le gouvernement fédéral doit « cesser cette pratique discriminatoire et prendre des mesures afin de corriger et prévenir la situation » y compris la refonte du système d’aide à l’enfance et le modèle de financement.
  • Avant l’annonce de la décision, Mme Blackstock a dit  « Il est inconcevable que nous ayons à entreprendre un recours juridique contre le gouvernement canadien pour que les enfants des Premières nations obtiennent la même chance de grandir au sein de leur famille comme les autres enfants. »
  • La Société de soutien à l’enfance et à la famille des premières nations du Canada et l’Assemblée des premières nations réagiront à la décision du Tribunal lors d’une conférence de presse tenue à Ottawa à 13 heures, heure de l’Est.