Voulons-nous vraiment l’équité pour tous?

Error message

Deprecated function: implode(): Passing glue string after array is deprecated. Swap the parameters in drupal_get_feeds() (line 394 of /home/healthnexus/drupal-7.69/includes/common.inc).

Quand on parle d’ouverture et d’équité, sommes-nous prêts en société à établir ces principes à tous les gens dans notre entourage, pas seulement ceux qui sont aujourd’hui moins marginalisés? Si l’on se dit pour la justice sociale et la tolérance, sommes-nous capables de défendre ces valeurs pour n’importe quel groupe de la société, indépendamment de la minorisation dudit groupe?

Ce sont là des questions bien réelles dans notre société actuelle. Et pourtant, nous assistons à une « priorisation des minorités », une espèce d’échelle de mérite où sont catégorisés les groupes minorisés selon des critères établis par ce que d’autres (souvent la majorité) considèrent comme étant essentiel ou plus important. C’est ainsi que l’on assiste à une marginalisation des droits des personnes transgenres par rapport à ceux des homosexuels ou encore, par rapport à ceux des femmes par exemple. Comme si le nombre de personnes concernées à lui seul justifierait l’attention que l’on accorde aux revendications d’un groupe de gens « différents » ou dont les droits ne sont pas correctement respectés. Voilà des questions importantes qui concernent quotidiennement les personnes homosexuelles, transsexuelles ou transgenres (personnes dont l’identité sexuelle ne correspond pas à leur sexe de naissance).

Le continuum ou le spectre sexuel est un concept qui prend de l’ampleur depuis une dizaine d’années alors que les fondements génétiques sur lesquels nous nous appuyons depuis toujours pour établir les genres sont ébranlés par les découvertes de la science génétique. Essentiellement, disons que ce n’est plus qu’une simple affaire de XX ou de XY nous affirme un article du populaire webzine slate.fr : « le système sexe/genre binaire et normatif que nous connaissons » s’est complexifié et les « identités pathologisées et réprimées par la médecine (notamment) les trans et les intersexes, celui des nouvelles identités de genre, y compris trans » » prennent désormais leur place dans notre société. C’est alors que l’on assiste à de multiples définitions de genre — une vingtaine selon les identités de genre proposées par Facebook, comme le souligne le même article de slate.fr. Cette nouvelle façon de « définir » ou pas, les genres, est beaucoup plus fluide, changeante et flexible. On parle même de « mixité et d’abolition des classifications ».  

 

 

 

 

 

 

 

Source : http://www.cheo.on.ca/fr/identitedegenre
 
À l’occasion du 17 mai, Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, c’est un bon moment pour s’y conscientiser :
 

Cette journée représente un moment de convergence des actions menées contre l’homophobie et la transphobie. L’homophobie désigne les manifestations de mépris, rejet et haine envers des personnes, des pratiques ou des représentations homosexuelles ou supposées l’être. La transphobie est l’aversion envers le transsexualisme ou la transidentité et envers les personnes trans relativement à leur identité.
Source : arcencielquebec.ca
 

La Fondation Émergence qui se définit comme faisant « la lutte aux préjugés », veut avec cette journée rassembleuse, « promouvoir le développement de relations harmonieuses entre les personnes, indépendamment de leur orientation sexuelle ou identité de genre ».

Essentiellement, arrêtons de souligner et de se différencier par ce qui nous distingue des autres et unissons-nous dans ce que nous avons en commun. Plus facile de le dire que de le faire? Nous vous proposons de commencer par cette belle vidéo, très populaire en ce moment, laquelle mettra au défi vos préjugés et vos étiquettes…

Ressources :
Pour une panoplie de ressources en appui à ce sujet, on consulte les ressources LGBT de Access Alliance qui, malgré le fait qu’elles sont toutes en anglais, valent le détour.

Fiez-vous à l’excellente équipe d’experts à CHEO (hôpital pour enfants à Ottawa) qui a réalisé cette ressource incontournable avec laquelle on commence pour se doter du bon vocabulaire, des bonnes définitions et juste pour s’informer généralement sur le sujet.

Article intéressant qui relate les démarches d’un étudiant transgenre du collège montréalais Dawson pour créer des toilettes « neutres » de genre.